T Tennis

Daniil Medvedev (à gauche) a versé du vin mousseux sur Jannik Sinner. © ANSA / CHRISTIAN BRUNA

« Je peux faire plus maintenant » : le pécheur est célébré

3h04 de tennis de classe mondiale, une finale pour l'éternité. Ce que le triomphant Jannik Sinner et le finaliste Daniil Medvedev ont offert dimanche à la Wiener Stadthalle est resté dans les annales comme l'un des meilleurs matchs.

Le directeur du tournoi, Herwig Straka, était l'un des nombreux spectateurs enthousiastes. « Ce fut une finale épique avec la vitesse la plus élevée, la classe la plus élevée et de nombreuses tactiques que j'éprouve rarement sur le circuit. Une finale qu’on voit très rarement chaque année.


Les joueurs auraient dû repousser leurs limites lors des tours précédents. En tout cas, Sinner, qui n'a que 22 ans, a montré qu'il ne fallait pas toujours parler uniquement de Carlos Alcaraz à l'avenir. Le Sud-Tyrolien s'est énormément amélioré ces derniers temps, a beaucoup travaillé sur son physique et, après six défaites contre Medvedev, a désormais gagné deux fois en quelques semaines.

Sinner maintenant adulte

«C'était certainement l'un de mes meilleurs matchs. C'était un match difficile. Physiquement et aussi mentalement. C’était un point brutal de la part d’eux deux », a également su Sinner par la suite. 7:6(7),4:6,6:3-Sieg. En tout cas, le demi-finaliste de Wimbledon de cette année, à qui il manque encore de gros résultats dans les majors, a gagné beaucoup de confiance en lui. « Nous avons beaucoup travaillé ces derniers temps. Je pense que je peux encore beaucoup m'améliorer. Maintenant, je commence lentement à arrêter de grandir, donc vous pouvez faire un peu plus de choses », a révélé Sinner. Beaucoup de choses se sont passées dans son travail physique. "Le chemin est le bon."

Jannik Sinner a travaillé sur son physique. ©APA/EVA MANHART


Le « Pokerface » de Sexten n'était pas exubérant même après la victoire. Ce n’est pas le genre d’homme introverti de 1,88 m avec un coup droit craquant. En tout cas, il est heureux d'avoir réussi à rassembler les nombreuses pièces du puzzle, comme le bon matériel et la bonne intensité d'entraînement. "Chaque joueur doit travailler un peu sur ses faiblesses, pour moi c'était définitivement son physique." Il est également désormais plus habitué aux matchs contre les meilleurs sur les plus grands terrains du monde. « Cela donne aussi confiance en soi. »
"Chaque joueur doit travailler un peu sur ses faiblesses, pour moi, c'était définitivement son physique." Jannik Sinner

Interrogé sur le souhait du directeur du tournoi de lier Sinner à Vienne pendant plusieurs années, Sinner s'est montré très ouvert. « Bien sûr, c’est un grand tournoi pour moi. "Ils m'ont aussi aidé lorsque je n'avais pas encore le classement", se souvient notamment Sinner à propos d'une wildcard. « Je m'y sens très à l'aise, la famille et les amis sont là. Ce sera certainement un tournoi très important dans les années à venir. J’adore les tournois en salle, donc c’est toujours agréable de venir ici.

Medvedev rend également hommage

Medvedev déteste perdre, mais il a parlé d'un « grand match » : « C'était un bon match pour nous deux pour continuer à prendre confiance en nous pour l'avenir. Jannik est actuellement en plein essor.
"La question est de savoir dans quelle mesure Jannik va-t-il s'améliorer encore parce qu'il est si jeune." Daniil Medvedev

Le Russe n’est pas surpris de la tendance à la hausse de Sinner. « Il a toujours eu le potentiel pour être grand et maintenant il l’est. La question est de savoir dans quelle mesure il va encore s’améliorer parce qu’il est si jeune. Parce qu’après, ça devient de plus en plus difficile », a-t-il déclaré en riant. Medvedev a une analyse simple comme principale différence avec Sinner : « Il fait moins d’erreurs. Il a toujours joué très vite, mais il a commis plus d'erreurs dans les moments importants.

Il avait lui-même annoncé sur le terrain qu'il espérait jouer encore plusieurs fois à Vienne. «Je suis très fatigué maintenant. Quand je serai grand, la question sera de savoir si je jouerai à Vienne avant Paris." Mais il aime le tournoi, l'hôtel, la nourriture et : "il y a un simulateur de Formule 1". Les petites choses peuvent faire une grande différence.

Commentaires (0)

Complétez les informations de votre profil pour rédiger des commentaires.
Modifier le profil

Vous devez s'inscrirepour utiliser la fonction commentaire.

© 2024 Première Avenue GmbH