a Ligues amateurs

Jacopo Passarella, Alex Pfitscher, Justin Pfeifer et Olaf Stark (de gauche à droite) figurent dans le top 11.

Baywatch et Taylor Swift : le top 11 de l'année

Le championnat d'Oberliga est terminé depuis deux semaines, seul Tramin est encore en action en playoffs. Il est donc grand temps de faire le point. Et nous faisons cela comme toujours avec notre top 11. Nous les envoyons sur le terrain dans un système 3-4-3 - et nous sommes étonnés parce que d'une manière ou d'une autre, Baywatch, Taylor Swift et David Guetta se sont également faufilés.

TOR

Jacopo Passarella (Saint-Paul)

Photo : DLife © DLife/LO

Avec ses longs cheveux blonds bouclés, le gardien de Paulsner nous rappelle toujours un peu un surfeur hawaïen. Mais seulement jusqu'à ce qu'il commence à présenter toute la gamme des figures sur sa planche de surf, c'est-à-dire une pièce de cinq mètres. Ensuite, le jeune de 19 ans n'apprivoise pas les vagues de plusieurs mètres de haut avec ses réflexes ultra-rapides, mais il apprivoise les meilleurs attaquants du pays. Comme dans la seconde moitié du derby contre Tramin, lorsqu'il a incroyablement gratté le tir d'Alex Pfitscher à quelques mètres de la ligne. Aloha, défilé de l'année.


LA DÉFENSE

Jan Obexer (Tramin)

Photo de : det

Le jeune de Tramin figurait déjà dans le top 11 du championnat il y a un an. Et lors du onze de rêve de la saison dernière, les hommes d'Obexer se sont comportés comme un tracteur chargé dans une rue étroite de Tramin : nous n'avions tout simplement aucun moyen de le dépasser. Pourquoi? Très facile. Le grand Neumarkter avec l'expérience du FC Tyrol du Sud agissait dans la défense centrale de la meilleure équipe de première division du Tyrol du Sud à la manière d'un coquin à qui sa trop gentille grand-mère donnait plein de paquets de bonbons : il ne laissait presque rien se passer.

Gabriel Brugger (St. Georgen)

Photo : David Laner

Qu'est-ce que Gabriel Brugger a en commun avec un porte-à-porte ennuyeux ? Tous deux aiment tenir habilement leur pied entre eux. Le représentant avec les portes d'entrée qui claquent devant lui, Brugger avec les adversaires qui dribblent. Avec son physique, son expérience et son jeu de position, l'ancien défenseur du FC Südtirol est un adversaire très difficile à vaincre et c'est l'une des raisons pour lesquelles St. Georgen avait la deuxième meilleure défense du championnat la saison dernière avec seulement 30 buts encaissés.

Oliver Rohrer (Saint-Paul)

Photo : Andrea Giacomelli

À l'été 2022, Oliver Rohrer est passé de la 1ère ligue amateur au club d'Oberliga de St. Pauls. Depuis, sa forme au club traditionnel d’Überetscher se comporte comme les prix sur Netflix : en constante augmentation. Au début de son feuilleton personnel à St. Paul's, le défenseur intransigeant était encore le garçon discret du voisin qui apparaissait occasionnellement dans l'image pendant quelques scènes, pour devenir de plus en plus essentiel au fil des saisons. Avec ses quatre buts, le Rohrer, obsédé par les détails et la tactique, s'est glissé à plusieurs reprises dans le rôle principal cette année.

MILIEU DE TERRAIN

Noah Tinkhauser (Stegen)

Noah Tinkhauser (à droite, photo : David Laner).

La bataille pour la relégation lors de la finale de l'Oberliga n'était pas pour les âmes sensibles - également parce que les événements se sont déroulés plus violemment que les voitures lorsque l'alarme a été tirée pour Cobra 11. Le fait qu'il s'agissait d'un joueur qui, à l'âge de 19 ans, avait. n'ayant atteint que récemment l'âge de conduire, c'était un gros problème. Les héros doivent être ce kitsch typique d'Hollywood dont tout le monde parle toujours. Avec deux doubles packs décisifs lors des deux derniers matchs en tout ou rien, Noah Tinkhauser a tiré sur son Stegina pour rester en championnat. Des adolescents et des histoires héroïques – cela fonctionne non seulement à Hollywood, mais aussi dans la bataille pour la relégation du championnat.

Olaf Stark (Partschins)

Olaf Stark (ci-dessus, photo : Sarah Mitterer).


Une règle du journalisme sérieux est que les jeux de mots sur les noms sont absolument interdits. Mais : Olaf, c'était sacrément fort ! L'homme aux cheveux bouclés de Partschins a couru plus au milieu de terrain que beaucoup de nez froids à cette période de l'année, il a mieux performé pour ses collègues que David Guetta dans les clubs chics d'Ibiza et, en passant, il a placé la ronde sur la place avec la même précision qu'un employé de brasserie expérimenté lors du remplissage minutieux des caisses de bière. Moyens : Avec 10 buts, le meneur de jeu a été le meilleur buteur de Partschins. Puis une bière.

Philipp Rabensteiner (Tramin)

Photo de : det

Regarder Philipp Rabensteiner jouer au football est un pur plaisir. Offensivement, le game designer organise mieux la structure qu'un chef de chantier, défensivement il bouche les trous plus habilement qu'un jardinier avec des années d'expérience. Et d'ailleurs, sa manipulation du ballon est tout aussi émouvante que les scènes finales de Titanic. Ce qui nous impressionne encore plus : Rabensteiner vit à Brixen, vient à la plupart des entraînements en train - et doit parfois sauter la partitella à la fin pour pouvoir rentrer chez lui d'une manière ou d'une autre. Nous ne serions pas surpris s'il donnait également les instructions cruciales dans le train.

Jacopo Pecoraro (Saint-Paul)

© DLife/LO

Qu'est-ce que Christophe Colomb a en commun avec l'équipe d'Oberliga de St. Pauls ? Tous deux ont fait une découverte assez impressionnante. Jacopo Pecoraro n'est pas aussi grand que l'Amérique, mais depuis que le joueur de 19 ans a rejoint l'équipe de jeunes du FC Südtirol à Paulsner Hafen il y a deux ans, il est devenu l'un des meilleurs jeunes joueurs du pays. Pecoraro a marqué 12 buts la saison dernière, le plus grand nombre de tous les joueurs de Paulsner. En tout cas, Christophe Colomb ne peut pas prétendre à une telle chose.

ATTAQUE

Manuel Brusco (Obermais)

Photo de : det

Il était clair dès le début qu'Obermais avait décroché un attaquant de gros calibre en la personne de Manuel Brusco cet été. Ce n'est qu'au cours de la saison qu'il est devenu clair que ce Manuel Brusco apporte également les qualités de Baywatch à la Lahn. Même si le photographe du Trentin a souvent fait office de sauveur en cas de besoin, il ne ferait probablement pas mauvaise figure sur la plage de Malibu aux côtés de David Hasselhoff. 21 buts, c'est un taux exceptionnel.

Justin Pfeifer (Bozner FC)

Photo : Andrea Giacomelli

Cette saison, le Bozner FC est tombé de manière totalement inattendue dans la bataille pour la relégation - et jusqu'à la dernière minute, il était plus serré que le t-shirt sur les biceps de Justin Pfeifer. Le fait que les Talferstädters soient finalement restés dans la ligue était moins dû aux muscles des bras bien entraînés de Pfeifer qu'à ses talents de footballeur. Ses tirs sont plus puissants que les haltères de 20 livres dans la salle de sport, ses coups de pied sont plus vifs qu'un shake protéiné à la fraise après l'entraînement, et sa sensation du ballon est aussi artistique que les fines lignes de tatouage sur sa peau. Y aura-t-il encore de la place pour les 19 buts marquants ?

Alex Pfitscher (Tramin)

Photo de : det

Nous réfléchissons depuis longtemps à la façon dont nous devrions honorer la saison d'Alex Pfitscher de cette manière - après tout, ces derniers mois, il a fait comme Taylor Swift l'a fait au Superbowl : il a tout simplement volé la vedette. Devons-nous baser le texte sur l'ancien derby contre St. Pauls l'automne dernier, lorsque l'attaquant du Montana a marqué un légendaire five-pack - et tout à coup il y avait plus de bouches bées dans les tribunes que dans un cabinet de dentiste occupé ? Dans ces lignes, devrions-nous plutôt parler des nombreuses équipes pitoyables sur lesquelles la machine à but techniquement douée a roulé avec autant de désinvolture qu'un touriste munichois sur le pont Europa en direction du lac de Garde ?

Ou préférerions-nous nous concentrer sur le fait qu'après des saisons avec 21 et 20 buts, Pfitscher a enfin remporté le titre tant attendu de meilleur buteur de la ligue avec 26 buts ? Au terme de toutes ces considérations, nous avons opté pour l'option la plus simple mais la plus appropriée et avons honoré le joueur exceptionnel d'une phrase simple : Alex Pfitscher, le football du Tyrol du Sud s'incline devant vous !

Entraîneur

Mauro Bandera (Tramin)

Photo de : det

Nous ne savons pas si Mauro Bandera a de bonnes habitudes de sommeil. Mais ce que l’on sait très bien : pour lui, les rêves se succèdent. Depuis son arrivée dans le club traditionnel d'Unterlandler en 2021, les classements finaux sont les suivants : 4, 3 et 2. En atteignant les séries éliminatoires, le sympathique professeur de football a mis cette année la cerise sur lui-même et sur son équipe.

Commentaires (0)

Complétez les informations de votre profil pour rédiger des commentaires.
Modifier le profil

Vous devez s'inscrirepour utiliser la fonction commentaire.

© 2024 Première Avenue GmbH