e Biathlon

Lisa Vittozzi a retrouvé le sourire. © Pierre Teyssot

"J'étais vraiment en colère" : Lisa Vittozzi explique son coup d'éclat en Coupe du monde

D'abord désespérément triste, puis ravie : le monde émotionnel de Lisa Vittozzi aux Championnats du monde de biathlon à Nove Mesto est devenu fou. Après avoir remporté la médaille en poursuite, elle a laissé s'exprimer sa voix intérieure dans une interview avec SportNews.

De Nové Mesto na Morave

De:
Alexandre Foppa

"Honnêtement ?", a déclaré Lisa Vittozzi visiblement secouée après la course sans qu'on le lui demande, "J'étais vraiment au plus bas après le sprint. J'étais en colère, en colère. » Pour expliquer : lors de la première course individuelle du Championnat du monde, le sprint de vendredi, l'Azzurra a dû faire face à des problèmes matériels et a glissé à la septième place malgré une bonne performance. Maintenant elle est avec moi L'argent en quête des réparations appropriées ont été faites.


La frustration et la colère étaient-elles finalement la clé du succès ? Nous avons posé la question à Vittozzi dans le centre de presse de l'arène de la Coupe du monde. « J’ai consciemment profité du samedi sans course pour gagner de la distance. Aujourd'hui, je me suis rendu à l'arène avec un sentiment complètement différent", a répondu le joueur de 29 ans de Sappada/Plodn (Frioul). Elle enchaîne avec un regard déterminé : « Si je n’avais pas cru à une médaille, je n’aurais pas du tout eu à concourir. Je ne suis pas une femme qui abandonne si facilement." Au final, ce fut une "course parfaite".

"J'aurais été idiot si j'avais laissé tomber cette chose." Lisa Vittozzi

Vittozzi n'a eu à s'inquiéter qu'une seule fois de sa neuvième médaille en Coupe du monde. « Le dernier tour était fou. Après le tir, je pensais déjà à la médaille, mais ensuite les entraîneurs sur la piste m'ont dit que les Françaises s'approchaient de moi. Ensuite, j’ai vraiment tout évincé. L'adrénaline m'a aidé. J’aurais été complètement idiot de laisser tomber cette chose.

Au final, Vittozzi a pris la deuxième place derrière la récente médaillée d'or Julia Simon et devant sa compatriote française Justine Braisaz-Bouchet. Cela fait de l'Italie le quatrième pays seulement à figurer dans le tableau des médailles lors de ces combats pour le titre. "Il était temps que quelqu'un perturbe un peu la fête française", conclut Vittozzi avec un clin d'œil.

Suggestions

Commentaires (0)

Complétez les informations de votre profil pour rédiger des commentaires.
Modifier le profil

Vous devez s'inscrirepour utiliser la fonction commentaire.

© 2024 Première Avenue GmbH