L Ski Alpin

Simon Maurberger a une saison épidémique derrière lui, mais reste confiant pour l'avenir. © Pentaphoto

La crise par Simon Maurberger : contexte et solutions

Simon Maurberger a vécu une saison de ski à oublier. Le joueur d'Ahrntal, 29 ans, n'a pas réussi à récolter un seul point en Coupe du monde, a changé d'équipement en milieu de saison et s'est retrouvé loin derrière dans les listes de départ. Mais Maurberger ne veut pas faire l'autruche.

De:
Christian Staffler

Les propos de Simon Maurberger sont ouverts et honnêtes lorsqu'il évoque la saison hivernale écoulée. Le spécialiste en technologie de St. Peter in Ahrntal ne pouvait ni gérer le matériel ni repousser ses limites personnelles. Maurberger ne cherche pas d'excuses, mais il voit aussi des raisons externes aux mois d'hiver en désordre. Il a ce qu'ils sont Nouvelles sportives révélé dans l’interview.



Simon Maurberger, la saison de Coupe du monde est terminée depuis longtemps. Qu'avez-vous fait ces dernières semaines ?

« Il y avait des tests matériels à faire et j'ai aussi participé à une ou deux courses FIS. J'ai besoin de points pour la liste de départ. J'ai réussi à récolter de bons points en slalom et je ferai encore une ou deux courses en slalom géant. Il y a aussi deux jours à la caserne au programme, après quoi c'est terminé. Je serai à la maison la semaine prochaine, puis je partirai en vacances de travail et en Sardaigne avec ma petite amie.


Ils n’ont pas réussi à marquer de points en Coupe du monde la saison dernière. Comment voyez-vous l’hiver avec le recul ?

« Bien sûr, je ne peux pas être heureux. La saison a pris une direction complètement différente de celle que j’avais prévue. Maintenant, c'est trop tard, je ne peux plus le changer. C’est important que je m’organise bien pour la saison prochaine.


Quelles ont été les raisons de ce manque de succès ?

« Beaucoup de choses ne collaient pas. Je n'arrivais tout simplement pas à m'adapter au nouveau matériel (Fischer ; ndlr). J'ai ensuite changé en pleine saison, ce qui est très inhabituel. Techniquement, je n'ai tout simplement pas bien skié, c'est entièrement à cause de moi. Mais je pense aussi que notre façon de travailler n'était pas la bonne. L’équipe d’entraîneurs n’a pas travaillé, toute l’équipe n’a pas été performante.

"Je ne pense pas que je serai encore dans l'équipe." Simon Maurberger


Quel impact l’hiver dernier a-t-il eu sur votre carrière ?

« Quand vous avez une saison comme celle-là derrière vous, cela aura certainement des conséquences. L’équipe sera probablement réduite. Je ne pense pas que je serai encore dans l'équipe. J'ai un plan B en tête et bien sûr j'ai réfléchi à ce que je ferai ensuite. Tant que rien n’est officiel, je ne veux rien décider. Mais une chose est sûre : arrêter de fumer n’est pas une option pour moi.»


Qu’est-ce qui vous donne de l’espoir pour l’avenir ?

«Je voyage seul depuis quelques mois. Je n'avais pas d'entraîneur et j'ai réglé mes skis moi-même. Le nouveau matériau s'adapte. Le groupe Blizzard Nordica me soutient bien, j’ai donc pris la bonne décision à 100 %. J'ai encore bien réussi aux Championnats d'Italie. C’est à ce moment-là que j’ai compris que je pouvais rivaliser avec les meilleurs athlètes italiens.


Quels sont les objectifs pour le prochain hiver de ski ?

"C'est une question difficile. Tout d'abord, je dois accumuler des points FIS pour avoir un assez bon numéro de départ aux Coupes d'Europe et du Monde en octobre et novembre. Pour cela, je dois participer à des courses en Amérique du Sud ou en Nouvelle-Zélande. J'espère être dans le top 30 d'une discipline à la fin de la saison prochaine. C’est un objectif réaliste.

Suggestions

Commentaires (0)

Complétez les informations de votre profil pour rédiger des commentaires.
Modifier le profil

Vous devez s'inscrirepour utiliser la fonction commentaire.

© 2024 Première Avenue GmbH